Secteur des dunes du corps de garde et de l’Aubraie (AOK 1 KVA D)

Dernière position avant le gros point d’appui de la Chaume (Les Sables d’Olonne), le secteur qui s’étend de l’Aubraie jusqu’au corps de garde est une postion sans nomenclature qui assure un intervalle tardif entre la position de la Forgerie (SA12) et la Chaume (SA66).

Tobrouk préfabriqué

Historique de la position

La gestation des ouvrages disposés dans cette portion du littoral est difficile à déterminer mais est probablement en partie liée à l’installation de la batterie hippomobile (4/A.A. 213) à Olonne sur Mer. Le secteur bien que n’ayant pas de nomenclature

Ce secteur est à l’origine un champ de tir de l’armée française et a été probablement réutilisé en raison de sa disposition.

Description de la position

Composée d’éléments disparates, elle fut avant tout établie pour y installer le poste d’observation de la batterie 4/213. On y retrouve un poste mitrailleur, une cuve, l’observatoire et en retrait des blocs de communication et SK ainsi qu’une tranchée bétonnée enterrée dont l’origine est peut être française.

Ce secteur ne fait pas l’objet d’une identification précise et se découpe en deux portions distinctes :

  • la proximité du Corps de garde
  • la proximité de la route de l’Aubraie

Des témoignages rapportent qu’une communication directe avec le Sémaphore de la Chaume était établi par cable jusqu’au périmètre de l’Aubraie, à proximité de l’actuel cimetière.

Les rares documents disponibles attestent que ce secteur était constitué en 1944 comme un véritable point d’appui.

Déploiement opérationnel

Périmètre des Dunes de l’Aubraie

Résumé des ouvrages

  • Tobrouk préfabriqué hors nomencature
  • cuve hors nomenclature
  • poste de surveillance hors nomenclature
  • tranchée bétonnée
  • deux bunkers SK
  • bloc de communication

Plan

sans objet

Aujourd’hui

A proximité du corps de garde de l’autre côté de la route, le tobrouk préfabriqué et l’un des deux de ce type qui subsistent en Vendée et qui sont typique des constructions de fin de guerre. Le second on le retrouve sur la SA19 Bagnette.

La cuve est en grande partie enterrée et a pour point commun avec le tobrouk et l’observatoire d’avoir une assise en galets sur laquelle vient s’appuyer une structure bétonnée.

L’observatoire est désormais en partie masqué mais reste visible le long de la palissade du camping donnant sur l’ancien corps de garde.

A l’arrière à proximité de la route de l’Aubraie se situe les deux petites casemates SK et la tranchée bétonnée. Ils sont toujours accessibles même s’ils sont désormais gagnés par le sable.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *